Vitamines D et E : essentielles, même pour les seniors !

L'espérance de vie de cesse d'augmenter et pourtant

nous sommes souvent confrontés, en vieillissant,à une réduction de la qualité de vie et à toutes sortes de maladies. L’alimentation joue un rôle essentiel à cet égard, puisque le contenu de notre assiette influence le processus de vieillissement.

Ce n’est un secret pour personne, l’alimentation influence le vieillissement. Mais l’inverse est tout aussi vrai : en vieillissant, nous modifions nos habitudes alimentaires. Ainsi, nous mangeons et buvons moins. En outre, le corps subit une série de changements et certains processus physiques ne se déroulent plus de la même manière. Les personnes âgées rencontrent plus de problèmes digestifs et absorbent moins bien certains nutriments (tels que les protéines, le calcium et la vitamine D). Cela peut donner lieu à des carences nutritionnelles qui, à leur tour, peuvent entraîner une malnutrition.

>40% des séniors sont carrencés en vitamine D

Sous l’influence de la lumière du soleil, notre corps peut fabriquer sa propre vitamine D. Il est donc essentiel d’exposer suffisamment sa peau au soleil. La vitamine D présente dans notre alimentation permet de compléter la quantité ainsi créée.

La quantité supplémentaire que nous devons ingérer varie en fonction de la situation géographique et de la saison. Dans notre pays, en raison de l’exposition limitée au soleil pendant les mois d’hiver (de novembre à mars), nous sommes plus susceptibles de souffrir d’un déficit en vitamine D. Pour éviter cela, il est donc essentiel durant l’hiver d’assurer un apport suffisant en vitamine D au travers de l’alimentation.

Cependant, il ressort d’une enquête menée en 2014 sur les habitudes alimentaires des Belges que notre apport en vitamine D est faible. Nous en consommons en moyenne 3,76 microgrammes (µg) par jour, tandis que la quantité recommandée est de 10-15 µg/jour pour les adultes.

La vitamine D mérite une attention particulière chez les personnes âgées, qui constituent un groupe à risque de carence. En vieillissant, notre production de vitamine D grâce à la lumière du soleil s’affaiblit. De plus, les personnes âgées sont souvent moins exposées au soleil, notamment dans les maisons de repos.

En Europe, la carence en vitamine D peut s’élever à 75% chez les personnes âgées en institution. 

Outre cette carence, ce groupe démographique court un risque accru d’ostéoporose et de fractures osseuses. C’est précisément pour cette raison que des quantités supérieures de vitamine D sont recommandées quotidiennement pour les personnes de plus de 70 ans, jusqu’à 20 µg/jour.