De la magie ? Non, rien que de la science !

Après de longues années de recherche, le Dr Minoru Shirota a commercialisé au Japon son premier flacon de boisson lactée fermentée contenant des probiotiques. Un petit flacon plein de bactéries uniques qui aboutissent vivantes dans notre intestin. De la magie ? Non, rien que de la science ! La science fait partie de notre ADN. Découvrez ici le contexte scientifique de l’entreprise Yakult.

La science fait partie de notre ADN

La science a toujours été au cœur des préoccupations de Yakult !  Saviez-vous que le Yakult Central Institute japonais et le Yakult Research Centre européen de Gand emploient environ 250 chercheurs ? Ces scientifiques travaillent quotidiennement dans la recherche et l’innovation.

Recherche scientifique

Au stade actuel, les grandes revues scientifiques ont publié plus de 500 études sur le rôle et les propriétés de la bactérie LcS. Grâce à ces travaux, nous avons obtenu dans divers pays, notamment en Suisse, l’autorisation de formuler certaines allégations de santé. En 1995, Yakult  fut même un des premiers produits à se voir décerner au Japon le statut de « Food for Specified Health Use » (FOSHU, aliment présentant des propriétés déterminées pour la santé).

Recherche scientifique internationale

Parallèlement à ses propres activités, Yakult soutient aussi la recherche indépendante dans les universités, les hôpitaux et les centres de recherche du monde entier, avec la collaboration des scientifiques et des professionnels de la santé.

Yakult dans l'espace

En liaison avec l’agence spatiale japonaise Japan Aerospace Exploration Agency, Yakult a lancé en 2017 un projet portant sur la manière dont la bactérie de Yakult influence l’organisme humain. On pense en effet que dans l’espace, les quantités de bactéries intestinales changent.

Nous tenons à en savoir plus à cet égard dans la perspective des futurs voyages interplanétaires. Yakult a lyophilisé la bactérie LcS pour la conserver ensuite pendant six mois dans des capsules à température normale. Ces capsules de bactéries LcS peuvent être acheminées par un véhicule automatique vers la station spatiale internationale (ISS), où elles seront consommées par les astronautes.